La débilité est dans la justification de la mesure, qui ne cherche justement pas à démontrer son efficacité (c'est un peu ce qu'on lui aurait demandé, quand même), mais son caractère prétendument juste :

"quelqu'un qui a plus de 60 ans en activité, pourquoi lui demander de cotiser pour le chômage, sachant que s'il quitte l'entreprise, il ne sera jamais au chômage? Il sera à la retraite".
Magnifique ! Nouvelle conception du système de prélèvements obligatoires en France : on ne les verse que si on en est un potentiel bénéficiaire. OK, allons-y ! On va donc commencer par m'exonérer aussi de cotisations chômage, puisqu'étant fonctionnaire de l'Education Nationale, je n'ai aucune chance (pour l'instant...) de me retrouver à l'ANPE. Etant donné que je suis fort peu malade, il faudrait aussi me diminuer de moitié (au moins) mes cotisations maladie. Ah et puis comme j'utilise seulement quelques kilomètres de route sur l'ensemble du territoire, faudrait voir à baisser mes impôts, parce que financer ces centaines de milliers de kilomètres de bitume qui ne me servent à rien, c'est vraiment débile. Bon, on me zappe aussi les cotisations destinées à la CAF, je veux pas de chiards. Je pourrais vous en tartiner quelques pages comme ça, mais vous avez compris l'idée : les prélèvements obligatoires sont un moyen de mettre en oeuvre l'idéal (enfin selon certains...) de solidarité nationale, ils ne servent pas à financer seulement les services publics dont on bénéficie réellement, personnellement.

Deuxième salve, suite de la première :

"Parce que si ce salarié quitte son entreprise demain, il ne sera pas au chômage, il sera à la retraite. Donc, le système de cotisations chômage ne perd rien" (cette mesure serait indolore pour le système d'assurance chômage, reprend courageusement Reuters-Libé-Ca-me-fait-chier-de-relire-et-commenter-les-dépêches-j'ai-pas-que-ça-à-foutre-moi-monsieur-je-suis-Journaliste).

Traduction : "chaque actif de plus de 60 ans va verser quelques centaines d'euros de moins chaque année à l'assurance chômage, mais c'est pas grave parce que de toutes façons il ne viendra pas les réclamer". Par contre, que l'assurance chômage voie ses recettes diminuer de quelques centaines d'euros, qu'elle ne pourra donc pas reverser aux AUTRES chômeurs, ça ne semble pas être un problème. Si on m'exonère de cotisations familiales sous prétexte que je n'aurai pas d'enfants, ce n'est donc pas grave, parce que je ne viendrai pas réclamer l'argent que je n'ai pas versé, c'est ça ? Bon ben si ça vous dérange pas, tant mieux, alors.
Dernière remarque : ce n'est pas parce qu'on a plus de 60 ans que "perdre son emploi" veut dire "retraite", et non pas "chômage"; on remarquera la cohérence du discours du ministre, qui veut à la fois encourager le travail des plus de 60 ans, et les foutre en préretraite si jamais ça ne marche pas - comme ça le chômage des plus de 60 ans diminuera effectivement, au profit de leur inactivité, et l'objectif politique sera atteint....
Merci M.Bertrand pour ces inepties spectaculaires, rassemblées de façon si synthétique, précise et foudroyante en deux phrases.


PS. J'avoue ne pas connaître la destination des cotisations prélevées sur mon salaire, ni qui paie quoi pour quoi comment ou pas (employeur/moi), je ne regarde jamais mes fiches de paye, j'ai peut-être glissé moi-même des conneries dans le tas, mais je ne pense pas que ça affecte la débilité des propos du ministre...