J'avais évoqué il y a peu l'abandon du pacte écolo de Hulot par les candidats, et je considérais la situation comme un cas de théorie des jeux. La réaction de Hulot (aux positions des candidats, pas à mon billet...) semble accréditer cette idée :
J'ai respecté ma parole. Aux candidats de ne pas me donner l'occasion de la transgresser. Si j'ai l'impression que les promesses signées ne seront pas mises en œuvre, alors je me sentirai libéré de tout.
Et il jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

La suite et ses menaces de prophète courroucé sont d'un pathétique qui se passe de commentaires :
Jusqu'à présent, j'ai été correct et patient mais il peut se passer des choses d'ici au premier tour. Je peux donner un bon point supplémentaire à tel ou tel. On peut aussi envisager une action politique entre la présidentielle et les législatives.
Moi à la place de Sarko, je tremblerais devant la menace d'excommunication et de guerre sainte de Saint Nicolas.