Optimum, le seul blog véritablement optimal

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 3 décembre 2011

Joan Robinson à un marxiste

Ne ratez pas, trouvée via Brad Delong, cette superbe lettre ouverte de Joan Robinson à un marxiste, datant de 1953. Avec énormément d'humour, celle qui se définit elle-même comme une "keynésienne de gauche" nous donne, en quelques lignes, une superbe leçon de méthode et d'histoire de la pensée, en tournant en dérision l’idolâtrie dont les marxistes savaient parfois faire preuve en ces temps là.

Pour les non anglophones, je me suis permis la petite traduction suivante (n'hésitez pas à me proposer des améliorations) :

Lire la suite...

mercredi 9 novembre 2011

Le NIURONG et les trois zones euro

La mode est au NGDP targeting dans les milieux autorisés. Le NGDP targeting consiste à demander aux banques centrales de se fixer comme objectif de faire croitre à taux constant le PIB nominal (le Nominal Gross Domestic Product en anglais). La croissance du PIB nominal correspond à la somme de la croissance telle qu'on l'entend d’ordinaire (la croissance "réelle" ou "en volume") et du taux d'inflation. L'idée est que le PIB réel est censé croître à un rythme relativement régulier, de même que les prix. Un accroissement plus lent que prévu du PIB nominal contient un risque de récession (ou de baisse de la croissance), tandis qu'une croissance plus forte que prévu risque de se traduire par un excès d'inflation. Ainsi, si le taux s'avère inférieur à l'objectif, la banque centrale mettra en œuvre une politique accommodante (baisse des taux, création de liquidités) pour éviter un ralentissement de l'activité. Si, au contraire, le taux est supérieur à l'objectif, la banque centrale augmentera ses taux pour éviter une dérive inflationniste. Le NGDP targeting apparaît comme une manière de faire coïncider les deux objectifs que partagent la plupart des banques centrales : stabilité des prix et soutien à l'activité.  La blogosphère (surtout anglo-saxonne) regorge de discussions sur les avantages et inconvénients de cette idée. Mon propos ici est de me demander ce que pourrait être l'objectif de croissance du PIB nominal dans la zone euro. La réponse, hélas, semble varier selon les pays.

Lire la suite...

mardi 1 novembre 2011

Géographie monétaire de la zone Euro

Un des sujets intéressants à étudier pour les spécialistes d'économie monétaire, dans le contexte actuel, est la capacité, ou plutôt l'incapacité, pour la BCE, à localiser les effets de sa politique monétaire.

Lire la suite...

lundi 31 octobre 2011

Offre de la semaine

Allez, ça faisait longtemps. Cette fois Leclerc nous fait un Brelan d'offres incompréhensibles sur le café : les lots de deux paquets, identiques, à part l'autocollant "Offre spéciale", n'ont pas le même prix. Le lot de trois paquets du même café revient plus cher au kilo que quand on achète par deux.

cafe_leclerc Je ne vois pas comment ils peuvent vendre autre chose que des lots de deux "Offre spéciale". J'espère bien recevoir un jour un Nobel, "pour sa contribution décisive à la compréhension des mécanismes de prix foireux dans la moyenne et grande distribution".

Wishful thinking

Le sommet Européen du 26 Octobre s'est conclu par l'adoption d'une déclaration dont voici le texte. Concernant le problème de solvabilité de certains états membres, cette déclaration comporte des éléments qui ont largement été rendus publics (voir, par exemple, cette présentation de l'Expansion). Tout au plus pourra-t-on s'étonner que la déclaration officielle ne soit pas beaucoup plus précise que certains compte-rendus journalistiques. En revanche, en ce qui concerne la crise économique, et le fait qu'elle touche avec plus de vigueur certains pays que d'autres, la déclaration ne contient qu'un mélange de pensée magique et d'erreurs de diagnostic.

Lire la suite...

samedi 29 octobre 2011

Le service public et l'Europe

L'émission "Arrêt sur images" de cette semaine s'attarde sur l'accord européen intervenu mercredi (j'en profite pour recommander l'abonnement au site @SI (30€ par an), qui fournit globalement un travail de qualité, abondant, intelligent et intéressant - même si les prises de position économiques de Schneidermann m'agacent). Les invités sont deux économistes, J.Généreux et K.Berger, conseillers, respectivement, de Mélenchon et Hollande. Généreux soutient notamment l'idée d'une dérogation unilatérale à certaines règles de fonctionnement de l'Union Européenne qu'il juge illégitimes, et il mentionne à ce titre la nécessité de déroger à la "mise en concurrence des services publics" imposée par l'UE (à 1h04 et 1h15 dans la vidéo de l'émission). Cette idée d'une incompatibilité entre le "service public à la française" et les règles libérales de l'UE est très répandue (notamment dans les manuels de SES de Terminale), mais n'est plus vraiment fondée aujourd'hui.
(Disclaimer : billet à contenu juridico-économique).

Lire la suite...

vendredi 28 octobre 2011

Retrouver une politique monétaire : le cas de l'Argentine

Petit suivi de mon billet précédent (et de ses commentaires), dans lequel j'envisage la sortie de la Grèce de l'Euro comme une solution moins mauvaise que d'autres. Je donnerai ici quelques éléments permettant d'appréhender ce qui s'est produit dans un cas relativement comparable : l'abandon en 2002 par l'Argentine de sa caisse d'émission.

Lire la suite...

mercredi 26 octobre 2011

Pour un retour de la drachme

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se démènent pour sauver l'Euro. Si j'étais grec, pas sûr que je souhaiterais qu'ils y parviennent.

Lire la suite...

jeudi 13 octobre 2011

Mon maire est un économiste

Dans ma ville, il y a un carrefour avec des feux tricolores (normaux), mais comme il est mal foutu (très mauvaise visibilité), il est un peu dangereux. Du coup, la mairie a gardé les feux mais, au lieu de les laisser tricolores, les a tous faits oranges clignotants tous en même temps. Ils ne sont jamais rouges, jamais verts. Ca peut sembler dangereux, mais en fait non; en effet, en créant un danger visible et évident ("la circulation n'est pas régulée par des arrêts imposés, tout le monde est susceptible de traverser le carrefour à tout moment"), ce système incite les conducteurs à être beaucoup plus prudents qu'ils ne l'auraient été en se reposant sur un bon vieux feu vert qui donne un blanc-seing pour traverser le carrefour comme un canut à mach-12 avec sa Mito rouge en mettant un coup de Cucarcha, au risque de s'empafer le vélo qui arrivait dans l'autre sens et qui était caché par l'angle de la maison (oui, je vous ai dit qu'il était mal foutu, ce carrefour).

Je suis en mesure d'affirmer que c'est ce raisonnement qu'a suivi la mairie, l'ayant lu tel quel (enfin, j'ai un peu romancé), dans le journal d'informations municipales. Mon maire est un économiste : il a compris que "people respond to incentives", de même que S.Landsburg préconisait dans The armchair economist d'installer des lances sortant du volant et pointées sur la poitrine des conducteurs pour les inciter à rouler un peu moins comme des gros cakes.

mercredi 28 septembre 2011

Brèves

Quelques "idées" (ha-ha) en vrac en passant...

Vu en faisant mes courses sur Leclerc Drive tout à l'heure : un nouveau mystère des prix; il coûte moins cher d'acheter deux paquets séparés de "3D Nature" qu'un lot de deux (voir le screenshot). Ma foi...

Lu cet après-midi à Paris sur un autocollant autocollé sur un réverbère : "Les SDF ne sont pas tous des alcooliques ! Exigeons un logement pour les SDF cleans". Je ne sais pas si ce sont les clodos eux-mêmes qui ont fait placarder ça, mais quand la stigmatisation s'immisce au sein même d'un groupe ostracisé qui essaie de se débarrasser de ses brebis galeuses au lieu de jouer la solidarité et d'essayer de tirer tout le monde vers le haut, ça va mal. Les SDF qui s'approprient les discours puants de Sarko/Wauquiez & Cie sur l'assistanat et le mérite...

A partir de samedi, l'introduction d'un recours en justice sera payant. 35€. Dépêchez-vous d'assigner votre voisin qui a niqué vos pétunias en passant le Kärcher sur une racaille qui traînait par là.

Une nouvelle (fausse) "taxe carbone" refait surface. Evidemment, elle est calculée en fonction du chiffre d'affaires, histoire de perdre tout effet incitatif sur l'émission de CO2. Et de toutes façons elle ne durera pas. Je propose qu'on taxe plutôt la connerie. 1€ versé à chaque connerie dite/écrite, 2€ si elle émane d'un politique. Rien qu'entre le Figaro et les déclarations du gouvernement et de ses larbins, on sera en excédent de 4% dès l'an prochain.

Sinon tout va bien ! A bientôt.

- page 2 de 38 -