Optimum, le seul blog véritablement optimal

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

réflexions ou tentatives

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 6 juin 2012

75%

Comme Stéphane Ménia, je suis assez sceptique sur le projet de créer un taux marginal d'imposition de 75% pour les très hauts revenus.

Lire la suite...

mercredi 9 novembre 2011

Le NIURONG et les trois zones euro

La mode est au NGDP targeting dans les milieux autorisés. Le NGDP targeting consiste à demander aux banques centrales de se fixer comme objectif de faire croitre à taux constant le PIB nominal (le Nominal Gross Domestic Product en anglais). La croissance du PIB nominal correspond à la somme de la croissance telle qu'on l'entend d’ordinaire (la croissance "réelle" ou "en volume") et du taux d'inflation. L'idée est que le PIB réel est censé croître à un rythme relativement régulier, de même que les prix. Un accroissement plus lent que prévu du PIB nominal contient un risque de récession (ou de baisse de la croissance), tandis qu'une croissance plus forte que prévu risque de se traduire par un excès d'inflation. Ainsi, si le taux s'avère inférieur à l'objectif, la banque centrale mettra en œuvre une politique accommodante (baisse des taux, création de liquidités) pour éviter un ralentissement de l'activité. Si, au contraire, le taux est supérieur à l'objectif, la banque centrale augmentera ses taux pour éviter une dérive inflationniste. Le NGDP targeting apparaît comme une manière de faire coïncider les deux objectifs que partagent la plupart des banques centrales : stabilité des prix et soutien à l'activité.  La blogosphère (surtout anglo-saxonne) regorge de discussions sur les avantages et inconvénients de cette idée. Mon propos ici est de me demander ce que pourrait être l'objectif de croissance du PIB nominal dans la zone euro. La réponse, hélas, semble varier selon les pays.

Lire la suite...

mardi 1 novembre 2011

Géographie monétaire de la zone Euro

Un des sujets intéressants à étudier pour les spécialistes d'économie monétaire, dans le contexte actuel, est la capacité, ou plutôt l'incapacité, pour la BCE, à localiser les effets de sa politique monétaire.

Lire la suite...

lundi 31 octobre 2011

Wishful thinking

Le sommet Européen du 26 Octobre s'est conclu par l'adoption d'une déclaration dont voici le texte. Concernant le problème de solvabilité de certains états membres, cette déclaration comporte des éléments qui ont largement été rendus publics (voir, par exemple, cette présentation de l'Expansion). Tout au plus pourra-t-on s'étonner que la déclaration officielle ne soit pas beaucoup plus précise que certains compte-rendus journalistiques. En revanche, en ce qui concerne la crise économique, et le fait qu'elle touche avec plus de vigueur certains pays que d'autres, la déclaration ne contient qu'un mélange de pensée magique et d'erreurs de diagnostic.

Lire la suite...

samedi 29 octobre 2011

Le service public et l'Europe

L'émission "Arrêt sur images" de cette semaine s'attarde sur l'accord européen intervenu mercredi (j'en profite pour recommander l'abonnement au site @SI (30€ par an), qui fournit globalement un travail de qualité, abondant, intelligent et intéressant - même si les prises de position économiques de Schneidermann m'agacent). Les invités sont deux économistes, J.Généreux et K.Berger, conseillers, respectivement, de Mélenchon et Hollande. Généreux soutient notamment l'idée d'une dérogation unilatérale à certaines règles de fonctionnement de l'Union Européenne qu'il juge illégitimes, et il mentionne à ce titre la nécessité de déroger à la "mise en concurrence des services publics" imposée par l'UE (à 1h04 et 1h15 dans la vidéo de l'émission). Cette idée d'une incompatibilité entre le "service public à la française" et les règles libérales de l'UE est très répandue (notamment dans les manuels de SES de Terminale), mais n'est plus vraiment fondée aujourd'hui.
(Disclaimer : billet à contenu juridico-économique).

Lire la suite...

vendredi 28 octobre 2011

Retrouver une politique monétaire : le cas de l'Argentine

Petit suivi de mon billet précédent (et de ses commentaires), dans lequel j'envisage la sortie de la Grèce de l'Euro comme une solution moins mauvaise que d'autres. Je donnerai ici quelques éléments permettant d'appréhender ce qui s'est produit dans un cas relativement comparable : l'abandon en 2002 par l'Argentine de sa caisse d'émission.

Lire la suite...

mercredi 26 octobre 2011

Pour un retour de la drachme

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se démènent pour sauver l'Euro. Si j'étais grec, pas sûr que je souhaiterais qu'ils y parviennent.

Lire la suite...

jeudi 15 juillet 2010

La crise en pattes d'eph'

La crise économique est l'occasion pour la profession des macro économistes de faire le point sur l'évolution de leur discipline depuis 30 ans. Pour être précis, il faut dire qu'on s'intéresse ici de façon exclusive à une branche de la macro économie : celle qui étudie les fluctuations de l'activité économique, avec, typiquement, une attention particulière portée sur le chômage et l'inflation.  Narayana Kocherlakota, président de la fed de Minneapolis, a lancé le débat avec un article retraçant l'histoire récente de la discipline, qui peut se résumer par "on n'a pas trop mal bossé, même si on peut encore mieux faire". Greg Mankiw, qui a contribué activement à cette branche de la recherche, a un avis plus mitigé, dont le shorter serait "on a eu des discussions passionantes au plan intellectuel, mais ça n'a pas servi à grand chose". Plus radical, James Morley dénonce un échec. Paul Krugman aussi. Sans vouloir trancher, ce billet a pour objectif de montrer qu'une grande partie des débats actuels sur les politiques de sortie de crise auraient eu exactement la même teneur avec l'outillage intellectuel des années 70.

Lire la suite...

vendredi 30 avril 2010

Retraités américains ruinés par la crise

L'émission envoyé spécial proposait avant-hier un reportage poignant présentant des retraités américains en quête désespérée d'un emploi pour survivre. La raison : les travailleurs américains cotisent pour la retraite en investissant leur épargne en bourse. Or, la crise a fait chuter le cours des actions. Donc certains retraités sont ruinés, condamnés soit à travailler, soit à se contenter d'une pension misérable et de la charité publique pour survivre. 

On peut avoir deux lectures de ce reportage.

Lire la suite...

lundi 15 février 2010

Chômeur à Dreux ou opérateur à Szekesfehervar : on ne sait que choisir...

L'usine Philips de Dreux ferme. Les restructurations du tissu économique sont la condition douloureuse mais nécessaire de son efficacité - j'en ai déjà parlé ici, et je vous renvoie également à ce billet d'Ecopublix ou encore cet article du Monde.

Je ne vais donc pas revenir sur l'aspect économique de la chose, mais sur cette remarque du délégué CGT : "Philips propose aux salariés, des postes d'opérateur à Szekesfehervar, en Hongrie, en CDI payés 450 euros par mois, sur douze mois, avec la condition de pratiquer la langue hongroise. C'est vraiment se moquer du monde."

Cela peut paraître choquant, mais la proposition de Philips répond à une obligation légale (Code du travail, L1233-4) confirmée et étendue par la jurisprudence. Si Philips avait des propositions de reclassement en France, elle serait obligée de les faire en priorité (obligation de loyauté : elle ne peut pas les pourvoir immédiatement avec de nouveaux embauchés). Et si elle ne fait pas les propositions de reclassement sur des établissement du groupe à l'étranger, le juge décidera que les licenciements ne relèvent pas d'un "motif économique", car l'entreprise n'a pas fait tous les efforts (...) d'adaptation.

La CGT peut donc s'indigner (la proposition faite est en effet indécente), mais elle doit s'en prendre au législateur qui oblige l'entreprise à de telles pratiques, et non à Philips.

- page 1 de 5